Infos & Débats n°23 | 31 octobre 2018

Désir d’Alsace
 

« Le moment est historique » a certainement été l’expression la plus fréquente au moment de la signature de la déclaration commune en faveur de la création de la collectivité européenne d’Alsace à l’hôtel de Matignon ce lundi 29 octobre 2018. En tout cas, le fait d’aboutir à un objectif partagé par l’ensemble des parties en présence constitue un véritable tour de force tant l’on s’était habitué à la cacophonie au sujet de notre chère Alsace.
 
La collectivité d’Alsace
Le rapprochement a été long parce que les motivations des acteurs étaient vraiment divergentes. Pour l’Etat, pas question de rouvrir la boite de Pandore du redécoupage de la carte des Régions. Le président Macron a été explicite à ce propos. Pour la Région Grand Est, pas question renoncer à des compétences sur une partie de son territoire, en particulier en matière de soutien à l’économie ou de transport. Pour les Départements, pas question de fusionner les deux conseils départementaux sans obtenir justement des compétences nouvelles. Pour Strasbourg, pas question de lâcher le siège d’une institution ni pour Colmar de se voir dépouillé d’une partie de son aura. Enfin pour les formations politiques, pas question de laisser une victoire à l’adversaire sur le sujet sensible de l’identité alsacienne.
Mettre autant de contradictions sous un même chapeau est une véritable prouesse que l’on doit au talent de « démineuse » de la ministre des collectivités Jacqueline Gourault avec l’appui personnel du Premier Ministre.
 
Horoscope favorable
Comme j’ai pu l’exprimer lors d’un colloque de l’ICA qui s’est tenu à Sélestat, le projet de collectivité unique que portait Philippe Richert en 2013 arrivait à contre-courant de ce que la nouvelle majorité de gauche avait décidé de faire en matière de réforme territoriale. C’est tout le contraire aujourd’hui avec un « alignement des planètes » extrêmement favorable. Trois orientations du gouvernement sont favorables à l’Alsace. La forte implication du président de la République sur l’Europe et en particulier sa volonté de relancer le partenariat franco-allemand à travers un nouveau traité de l’Elysée en cours d’élaboration: sans coopération transfrontalière, ce ne serait qu’une déclaration d’intention creuse. A cela s’ajoute son projet d’inscrire dans la constitution le « droit à la différenciation », reconnaissant que, même si la loi reste la même pour tous, il convient d’en adapter les contours aux réalités locales. Enfin, le gouvernement veut éviter que sur certains territoires ne se développe un sentiment de rejet de l’Etat de droit avec les dérives extrêmes qui mine la démocratie bien au-delà des frontières hexagonales.
 
« Musterländle »
La future collectivité d’Alsace a donc vocation à devenir un véritable laboratoire de la démocratie de proximité, un « appartement témoin » de la République où l’organisation de l’administration publique est optimisée pour un meilleur service du quotidien à ses habitants. Nos voisins du Baden-Württemberg diraient « ein Musterländle » !
En plus des compétences classiques des départements, l’Alsace pourra bénéficier de missions nouvelles en matière de coopération transfrontalière, de bilinguisme, d’attractivité du territoire, de transport et de culture. Il y sera également possible d’enlever quelques cailloux de la chaussure en rétablissant le logo alsacien sur les plaques des automobiles, en permettant aux fédérations sportives de rétablir une organisation à l’échelle de nos deux départements, en demandant à l’INSEE de fournir à nouveau des statistiques à l’échelle du territoire. Il faudra cependant rester mobilisé, notamment au Parlement, car une loi devra être votée pour entériner le principe de cette nouvelle collectivité. Objectif : mise en œuvre au 1er janvier 2021. La route est encore longue…
 
L’étape du 4 novembre
Dimanche prochain, Emmanuel Macron se rendra à Strasbourg, avec son homologue allemand, pour célébrer le centenaire de la fin de la première guerre mondiale et le retour de notre province dans le giron de la France. A cette occasion, il devrait à son tour s’exprimer sur la réponse du gouvernement au « désir d’Alsace ». Mon collègue et ami Paul Mollac, député breton et militant de la culture celte, m’a confié hier à la sortie de l’hémicycle : « il est normal que l’Etat fasse un geste envers l’Alsace car elle avait été mal traitée dans le cadre de la réforme territoriale. On ne se comporte pas comme ça avec une population qui a une identité culturelle si forte.» Bien vu. Mais ne nous trompons pas de débat : le projet de « Collectivité européenne d’Alsace » n’est pas un retour vers le passé, c'est d’abord un pari sur l’avenir.

Une première visite de terrain pour Franck Riester, nouveau Ministre de la Culture , pour les 50 ans du Théâtre National de Strasbourg.
Echanges sur les questions transfrontalières avec Martine Mérigeau, Directrice du Centre Européen de la Consommation et  son équipe.
Le Conseil Municipal des Enfants de Marckolsheim en visite à l'Assemblée nationale.
Participez à la consultation d'agir_ sur le projet pour l'Europe

Agir - la Droite constructive a lancé la consultation sur le projet que son Pôle Idées, dirigé par Fabienne Keller et Olivier Becht, a élaboré en vue des élections européennes de mai 2019. Participez pour dire quelles sont vos priorités pour l'Europe de demain.

Téléphone
portable

 
Lors de la visite du conseil municipal des enfants de Marckolsheim, je leur ai demandé quelle loi, selon eux, il faudrait changer. Réponse: réautoriser les téléphones portables à l’école!! 
En images
C'est à Urbeis qu'a eu lieu la remise des prix du Concours des Prairies Fleuries. Ce concours récompense les prairies présentant le meilleur équilibre entre valeur agricole et valeur écologique.  Il est intégré au Concours Général Agricole depuis 2014. 
Un pigeon boulant, l'un des splendides sujets présentés lors de l’exposition avicole de Rhinau. Cette année, c’était au tour de cette dynamique association locale d’accueillir le concours de la fédération des avicultures du Bas-Rhin. Une belle marque de confiance pour les organisateurs. 
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.