Infos & Débats n°36 | 17 juin 2019
L'art de la synthèse

Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre s’est livré à un exercice de synthèse qui va au-delà du simple programme de réformes pour la seconde partie du quinquennat. C’est un Edouard Philippe ayant gagné en maturité qui est apparu à la tribune.
 

Nouvel équilibre des pouvoirs
 
Ce n’est pas un hasard s’il a fait référence à quatre de ses prédécesseurs : Mendès-France, Pompidou, Rocard et Juppé. Ce furent quatre Premiers ministres à la personnalité forte, incarnant une ambition de réforme courageuse, inscrivant leur fonction dans une complémentarité avec celle du chef de l’Etat. A Emmanuel Macron de fixer le cap et d’arbitrer sur les réformes prioritaires, bref de présider avec probablement plus de distance. A Edouard Philippe de monter en première ligne pour diriger les opérations et pour rassembler une majorité élargie autour des projets qu’il porte. L’exercice du discours de politique générale suivi d’un vote avait justement pour but de mesurer précisément les rapports de force et de rassembler les courants politiques qui, au-delà de la seule République en marche, sont prêts à soutenir ces réformes.

Après les élections européennes, après 6 mois de crise des « gilets jaunes », Edouard Philippe s’est efforcé de dresser un constat lucide sur l’état de la France et sur les tensions qui traversent le pays. Le choix des réformes annoncées est donc autant dicté par la nécessité que par la volonté de trouver un consensus large en évitant les crispations. Le premier ministre avance prudemment comme un funambule : chaque faux pas peut être fatal.
 

L’écologie sur le haut de la pile
 
Une des leçons des européennes est la forte percée du vote écologiste, en particulier chez les plus jeunes. Logiquement, la question environnementale arrive au premier rang des priorités du gouvernement avec, par exemple, une volonté affirmée de lutter contre le gaspillage des ressources naturelles.

La justice sociale ensuite, qui pendant des semaines a été mise en doute sur les ronds-points, est la seconde priorité. Au programme : réforme de l’assurance chômage, aide aux familles monoparentales, prise en charge de la dépendance et réponse à l’agacement fiscal des classes moyennes. Très applaudie par le parti présidentiel, l’annonce de l’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes ne manquera pas de susciter des oppositions à droite. A la droite justement, Edouard Philippe a emprunté les thèmes de la sécurité et de l’immigration en annonçant un débat au parlement dès septembre. Mais la réforme majeure, celle que peut cristalliser toutes les oppositions ou encore être le vrai marqueur de ce quinquennat, est la remise à plat du régime des retraites.
 
On le voit, le programme est  ambitieux. Il est vrai que le temps presse : après un hiver et un printemps consacré au Grand débat et à la campagne électorale, il est urgent d’accélérer le rythme des réformes si la France veut rester une nation qui compte et qui sache donner une chance à chacun de ses enfants. Pour ma part, j’approuve ce volontarisme et je tâcherai d’apporter un point de vue constructif dans les débats qui s’annoncent.
 

 
Discours de politique générale du Premier Ministre le 12 juin à l'Assemblée nationale.
Audition du Ministre de l'Agriculture dans le cadre du Printemps de l'évaluation.
Présentation par Jean-Paul Omeyer de la politique des sports de la Région Grand Est aux parlementaires.
Réunion de travail autour du Général Richard Lizurey, Directeur Général de la Gendarmerie Nationale. 

363
Nombre de députés ayant accordé leur confiance au gouvernement. 
En images
Les 100 ans du Football Club Kogenheim en présence de l'ancien maire Gaston Schmitt. 
La sorcière sur le bûcher à la Fête des Remparts à Châtenois.
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Conformément au RGDP, vous disposez d'un droit de consultation et de rectification des données vous concernant. Votre adresse mail ne sera pas utilisée à des fins commerciales ni cédée à des tiers.
Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.