Infos & Débats n°46 | 12 décembre 2019
Réforme des retraites

Nous y voilà : la réforme des retraites, c’est la réforme phare de ce quinquennat, l’Everest que la majorité devra gravir et qui restera dans les esprits comme l’étalon de la réussite ou de l’échec du président Macron et de son gouvernement. Les syndicats et les partis d’opposition l’ont bien compris en jetant toutes leurs forces dans la bataille. Le Premier Ministre aussi en se livrant à un grand oral devant la presse, franchement réussi, pour expliquer et tenter de convaincre les Français. 
 

Systémique contre paramétrique Des réformes, il y en a eu par le passé mais elles ne se sont attachées qu’aux paramètres : allongement des durées de cotisation pour tenir compte de l’augmentation de l’espérance de vie, début de convergence entre public et privé mais sans remise en question  de la multitude de régimes spéciaux. La réalité est que la retraite par répartition, gage de solidarité entre générations et entre catégories professionnelles, héritée des lois sociales d’après-guerre, est en voie d’explosion au profit d’un chacun pour soi qui passe par la capitalisation. La réalité, contrairement à ce que disent les ténors des syndicats est que la trajectoire actuelle oblige les jeunes générations à travailler bien au-delà des 62 ans légaux pour espérer une retraite décente.
Le choix d’Emmanuel Macron est celui d’une réforme systémique, c’est-à-dire de revoir de fond en comble les règles du système de retraite pour l’ancrer dans le paysage social du XXIe siècle selon trois principes : universalité, équité, responsabilité.
 

Un chemin escarpé… Les carrières en pointillé, le nomadisme professionnel, le désintérêt des jeunes générations font que le système actuel est à bout de souffle. Il est donc temps de réinventer un socle de retraite commun à tous pour garantir la pérennité de la retraite par répartition, ce qui suppose aussi de réunir les 42 régimes spéciaux dans un même panier. Sans cela, le principe de solidarité n’aurait pas de sens.
De plus le système actuel n’est pas équitable, en laissant au bord de la route agriculteurs, artisans et commerçants, en pénalisant tout particulièrement les femmes, en ne prenant pas assez en compte la pénibilité. Il faut corriger ces injustices ce qui commencera à être fait dès le début de la réforme projetée en 2021.
Enfin, le principe de responsabilité suppose de définir une trajectoire financière qui permettra de trouver un équilibre à l’horizon 2027. Actuellement, le service des retraites (déficitaire) est assuré pour près d’un tiers par un transfert d’impôt. C’est autant d’argent qui manque dans les écoles, les hôpitaux et les maisons de retraite.
 

…semé d’embûches Les annonces faites hier par le chef du gouvernement ne sont que la première étape d’un débat qui occupera l’ensemble de l’actualité politique de 2020. Certains syndicats semblent bien décidés à faire dérailler la réforme en campant sur des acquis qui apparaissent comme des privilèges surannés. D’autres ne veulent pas discuter de l’âge d’équilibre, fixé à 64 ans, alors que déjà nombre de concitoyens doivent envisager des carrières au-delà de 66 ou 67 ans pour avoir une retraite qui permette de vivre. Pour tous ceux-là cette limite d’équilibre est plutôt une bonne nouvelle. Enfin, le débat sera féroce sur l’échiquier politique. La gauche crie au scandale en dénonçant un recul social alors qu’il s’agit justement de sauver un système vieillissant et à bout de souffle. Du côté de l’opposition de droite la stratégie actuelle est de chercher à enliser la discussion dans une multitude de question de détails et de cas particuliers.

Bref, bien avant le débat parlementaire, c’est une bataille de communication qui fait rage avec les échéances des élections municipales en ligne de mire. L’année 2020 sera assurément chaude, et pour une fois sans rapport avec le climat.
Document à consulter | Générations d'entrée, pénibilité, catégories professionnelles:  questions-réponses sur la réforme des retraites  
Départ de la Marche des Syndicats le 10 décembre à Paris
Réunion entre le Gouvernement et les parlementaires sur la réforme des retraites  
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Conformément au RGDP, vous disposez d'un droit de consultation et de rectification des données vous concernant. Votre adresse mail ne sera pas utilisée à des fins commerciales ni cédée à des tiers.
Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.