Infos & Débats n°48 | 10 janvier 2020
La galette de l'Elysée
 
Sacrifiant à la tradition, le Président de la République a reçu les délégations de boulangers-pâtissiers et plus largement les représentants de l’artisanat pour partager la traditionnelle galette des rois et échanger des vœux pour la nouvelle année.

Avec une pointe d’humour, Emmanuel Macron a tenu à préciser qu’il n’y avait aucune fève dans le gâteau car « il ne saurait y avoir de roi dans le palais de la République. » 

Face à lui, il y avait les représentants de la France laborieuse, celle qui se lève tôt pour faire marcher l’économie du pays. Un peu comme les bergers de la crèche de Bethléem. Mais n’y a-t-il point de mages dans cette foule massée sous les lambris de l’Elysée ? L’épiphanie, que les métiers de bouche célèbrent à leur façon, rappelle en effet le voyage, il y a 2000 ans, de mystérieux rois mages. Les exégètes nous disent que ce n’était pas une délégation d’ancêtres d'Harry Potter venus d’un Poudlard antique. Ni magiciens ni probablement même rois. Mais ce seraient des érudits venus apporter les symboles du pouvoir (l’or, la myrrhe, l’encens) aux pieds d’un nouveau-né appelé à porter les espoirs de l’humanité.

En y regardant mieux, j’ai fini par les apercevoir : des ministres, des parlementaires, des présidents de corporations et de chambres consulaires. Ils étaient venus eux aussi confier leurs espoirs au Chef de l’Etat, lui confesser leurs doutes et lui rappeler les lourdes responsabilités liées à son mandat. Ils attendent de lui qu’il guide la France à travers les périodes troubles qu’elle traverse, tant en politique intérieure que dans les affaires internationales.

Pour ma part, je vous réitère mes vœux pour 2020, à commencer par ceux de bonne santé afin que vous puissiez accueillir avec joie les cadeaux de la vie et affronter avec détermination les inévitables épreuves que l’année nous réservera.
Question orale sans débat au sujet des préoccupations de la filière bois et des communes forestières, notamment concernant les bois scolytés
Audition de Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF en Commission des Affaires économiques.
 
J'ai interrogé Elisabeth Borne, Ministre de l'Ecologie sur les perspectives industrielles et la dimension franco-allemande du site de Fessenheim.  
Audition de Claude Alphandéry, Président et fondateur du Labo de l'Economie Sociale et Solidaire.

Le grand âge au coeur des préoccupations du Groupe UDI-Agir  Au printemps 2018, les personnels des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) manifestaient pour dénoncer le manque de personnels et de moyens ainsi que la dégradation de leurs conditions de travail, révélant ainsi à l’opinion publique un malaise latent et très profond.

En réponse, le gouvernement annonçait une « loi grand âge » devant répondre aux enjeux de la dépendance. Celle-ci devait être examinée en… 2019. L’émergence d’autres dossiers brûlants, inattendus et coûteux (gilets jaunes, crise hospitalière, retraite…), a de facto entraîné le report de cette réforme, alors que sa nécessité ne fait pas débat. 

Face aux difficultés des 7.500 maisons de retraite, à l’inquiétude des 1,3 millions de personnes en perte d’autonomie (600.000 en EHPAD ; 750.000 à domicile), et plus généralement aux interrogations des Françaises et des Français, le gouvernement n’est pas resté inactif. Le dernier budget de la Sécurité sociale voté par le Parlement prévoit par exemple la création de 5.200 postes supplémentaires en EHPAD ou encore une enveloppe de 130 millions  dédiée à la rénovation des établissements.

Ces mesures, aussi utiles soient-elles, n’en restent pas moins éloignées de l’ambition initiale affichée par le gouvernement. Les difficultés, notamment financières, des familles face à la prise en charge de la dépendance, à domicile ou en établissement, sont un fait. Médicaliser toujours davantage les EHPAD pour répondre aux besoins de soins croissants des personnes qu’ils accueillent reste un problème d’actualité. Rendre les métiers du grand âge enfin attractifs pour répondre au déficit de personnel constitue une nécessité. La réalité intangible du vieillissement de la population rend « la loi grand âge » indispensable à court ou moyen terme et cette réforme ne doit en aucun cas devenir l’oubliée de ce quinquennat. C’est pour rappeler cette évidence que le groupe UDI Agir et Indépendants a souhaité qu’une séance de débats soit consacrée à « la situation dans les EHPAD » lors de la semaine dite « de contrôle » que l’ordre du jour de l’Assemblée réserve aux thématiques choisies par les groupes politiques.

Châtenois a été une des premières  communes à inaugurer le cru 2020 des cérémonies des voeux du maire. 
Le Maire et l'ensemble des élus municipaux sur l'estrade lors de la cérémonie des voeux de la Ville de Benfeld.
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Conformément au RGDP, vous disposez d'un droit de consultation et de rectification des données vous concernant. Votre adresse mail ne sera pas utilisée à des fins commerciales ni cédée à des tiers.
Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.