Infos & Débats n°53 | 30 avril 2020
Sommaire
Le chemin périlleux du redressement
Le trafic transfrontalier fortement impacté
Bravo et merci à nos soignants!
Le fonctionnement de l'Assemblée nationale à l'heure du confinement 
Dans cette période de crise sanitaire qui nous frappe, je veux exprimer mes sincères condoléances à toutes les familles qui ont perdu un parent ou un proche.
Je les porte dans mes pensées et fais le voeux que, malgré les conditions difficiles, elles puissent vivre leur deuil et trouver la sérénité.

Le chemin périlleux du redressement
 
En venant présenter son plan de déconfinement devant l’Assemblée nationale, Edouard Philippe savait qu’il abordait la phase la plus sensible de la mission qui lui incombe : sortir la France de la léthargie dans laquelle l’irruption du Covid-19 l’a plongée.
 

Un plan risqué et courageux
Rarement gouvernement n’a été face à un chantier d’une telle ampleur. L’ensemble des piliers de notre société sont ébranlés par la pandémie : le système de santé est sous tension, l’économie tourne au ralenti, les transports sont chaotiques, l’enseignement se fait tant bien que mal à distance, les vies culturelle et sportive sont sous l’éteignoir, jusqu’à nos relations sociales qui sont gravement affectées…et même l’outil de défense de la marine est atteint. 

Le Premier ministre a eu raison de dire que même en temps de guerre la France n’a connu pareille situation. C’est donc l’ensemble de la société qu’il nous faut progressivement remettre sur pied, et probablement au passage en réviser ses modes d’organisation car ce virus va nous préoccuper pendant un moment.
 

Protéger, tester, isoler
La maîtrise de la crise sanitaire reste la priorité des priorités. Elle conditionne le redémarrage progressif de la vie économique et sociale. En fixant le cap, en définissant les règles et le calendrier selon les trois principes qu’il a énoncés, le chef du gouvernement a montré que l’Etat compte pleinement jouer son rôle de chef d’orchestre. Il reste évidemment beaucoup de questions sur la disponibilité des moyens (masques, gel, capacités de test, suivi des malades) et sur le caractère volontaire de la population pour accepter une discipline collective. Mais il est indéniable que l’impulsion doit venir du sommet, qu’elle doit générer une remobilisation des forces vives du pays, et plus difficile encore, un changement de nos habitudes dans la durée.

A ce titre, je salue la sagesse de l’exécutif qui a repoussé la mise en débat d’un dispositif de traçage qui n’est pas techniquement abouti et qui continue de soulever nombre de questions quant à son impact sur les libertés publiques.
 

Pragmatisme et pilotage local
L’une des leçons de cette crise semble déjà être retenue : quand l’ensemble de la société vacille, l’hypercentralisation est un handicap et seule une mobilisation locale permet de réagir avec rapidité et perspicacité. Toutes les écoles de guerre enseignent ces principes mais nous n’avions jamais mesuré leur pertinence dans le domaine civile. Voilà l’un des rares services que le Covid-19 nous a rendus.
Le Premier ministre a donc clairement annoncé la couleur : l’Etat fixe le cadre, mais ce sont les préfets et les élus locaux qui jouent la partition en fonction de l’évolution de la situation sanitaire de chaque département. Ce pragmatisme et cette méthode me conviennent, d’autant qu’elles n’ont qu’un objectif : produire du résultat. Car c’est une évidence, chaque département a un équilibre socio-économique différent, un mode de vie plus ou moins dense et urbanisé, des traditions et des cultures locales particulières. Il faudra donc que chaque territoire puisse interpréter le cadre national selon ses spécificités. L’Alsace a été frappée plus que d'autres territoires par l’épidémie. De plus sa situation frontalière rend l’équation encore plus compliquée. Avec mon collègue allemand Peter Weiss, j’ai par exemple interpellé le ministre de l’intérieur fédéral sur les difficultés que causent les restrictions de circulation aux travailleurs frontaliers.
 
Autour du préfet, avec les conseils régionaux et départementaux, avec les maires qui sont en première ligne notamment sur la question scolaire, nous devrons trouver la bonne méthode et le bon tempo pour éviter une reprise de l’épidémie tout en revenant progressivement à une vie normale, compatible avec la menace du virus. Dans cette phase délicate je serai, avec mon équipe de collaborateurs, à votre écoute pour relayer vos questions et partager les bonnes idées qui germent dans chaque commune.

Je suis persuadé qu’ensemble nous saurons relever ce défi du déconfinement.

La fermeture d'un certain nombre de postes frontière par l'Allemagne et les stricts contrôles aux autres occasionnent actuellement des difficultés considérables pour les travailleurs frontaliers de plus en plus nombreux à reprendre leurs postes dans des entreprises allemandes. Depuis plusieurs semaines, des démarches sont entreprises à tous niveaux, à l'heure sans résultat. Avec mon collègue Peter Weiss, député de Lahr-Emmendingen, nous nous sommes adressés au Ministre Fédéral de l'Intérieur afin de lui demander l'ouverture rapide d'un poste frontière supplémentaire entre Strasbourg et Brisach en attendant le retour à la normale et la restauration de l'ensemble des possibilités de passage entre nos deux circonscriptions. 
Bravo et merci! Alors que l’épidémie de Covid-19 reflue lentement, je veux une nouvelle fois saluer l’engagement des personnels soignants soumis à une pression de tous les instants et luttant souvent avec des moyens limités. Qu’ils s’agisse des personnels de l’hôpital de Sélestat ou encore des médecins généralistes, infirmières, laborantins, aides soignantes, ambulanciers... ils n’ont jamais baissé les bras et su accompagner les malades avec professionnalisme et humanité.
En votre nom, je leur exprime ma gratitude et mon soutien. 
A l'heure du confinement, le nombre de députés présents physiquement à l'Assemblée nationale est réduit mais nous continuons à nous réunir grâce aux outils informatiques: réunions de commission, réunion de groupe, auditions de Ministres ont toujours lieu à la même fréquence que d'habitude. C'est aussi grâce à ces outils qu'ont lieu des réunions avec les élus locaux, les autorités publiques ou encore les organisations professionnelles permettant aux parlementaires de jouer pleinement leur rôle de courroie de transmission entre ces différents acteurs. 
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Conformément au RGDP, vous disposez d'un droit de consultation et de rectification des données vous concernant. Votre adresse mail ne sera pas utilisée à des fins commerciales ni cédée à des tiers.
Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.