Facebook
Twitter
Instagram
Email
Infos & Débats n°70 | 30 juillet 2021
Sommaire
Tous responsables
Actualités parlementaires
En circonscription

Tous responsables
 
La fin de la session extraordinaire du Parlement a été cette année particulièrement mouvementée avec l’examen de la loi sur la gestion de la crise sanitaire. Ce texte fait suite aux déclarations du président de la République et marque une véritable inflexion dans la stratégie du gouvernement.
 

Un passe pour ne pas rater le train de la relance
Souvenons-nous, il y a quelques semaines après les premières mesures de déconfinement, les parlementaires de l’opposition accusaient le gouvernement de vouloir précipiter les élections cantonales et régionales prévues en juin : ce serait mieux en octobre quand la situation sanitaire sera redevenue normale, disaient-ils. Mais loin d’une perspective de retour à la normale, notre pays est à présent face à une quatrième vague alimentée par le variant delta, nettement plus contagieux.
Face à cette situation nouvelle, il n’y a que deux possibilités : remettre le pays sous cloche ou gagner la course de vitesse de la vaccination. Emmanuel Macron a donc fait le pari du vaccin. A juste titre, car nous n’avons plus les moyens financiers de tenir le pays à bout de bras à coup de PGE et de chômage partiel. Il faut absolument réussir la relance et cela signifie que les entreprises tournent, que les français puissent aller au travail et qu’à la rentrée les écoles accueillent nos enfants.
 

Liberté, liberté chérie
Tous les grands ténors du parlement étaient là pour profiter de cette tribune en plein été, ne reculant devant aucune démagogie pour dénoncer une loi décrite comme liberticide. Une collègue lance un appel pour faire le siège des permanences de députés, un autre accuse le gouvernement d’être irresponsable… Assurément, ils ont perdu le sens des réalités ainsi que celui de la mesure.
J’ai moi aussi reçu des courriers, j’ai vu les manifestations, j’ai entendu les inquiétudes. J’ai aussi eu des menaces et je constate que les militants anti-vaccin ne reculent devant rien, y compris des tentatives de blocage des centres de vaccination. La défense de leur liberté ne peut justifier ce totalitarisme qui consiste a privé les autres de l’accès aux soins. Aussi, je reste convaincu que cette loi qui fixe des règles strictes est indispensable. Grâce à elle, nous pourrons collectivement retrouver une part de liberté (celle d’aller au restaurant, d’avoir des loisirs, de voyager) grâce au passe sanitaire qu’on peut obtenir après vaccination ou avec un test PCR. Elle oblige, et notre groupe le demande depuis longtemps, que les personnes atteintes par le Covid respectent effectivement les règles d’isolement pour ne pas contaminer leur entourage. Elle rend obligatoire la vaccination pour les professions médicales qui doivent déjà avoir 17 vaccins et à présent un de plus… . Cette loi dit simplement que chacun doit se comporter de façon responsable pour que nous puissions retrouver notre façon de vivre.
 

Egalité, fraternité
L’objectif est donc la vaccination. Et Dieu merci, nos concitoyens ont compris le message et n’hésitent plus à prendre rendez-vous pour l’injection. Alors que la pénurie de doses obligeait à fixer des priorités, la multiplication des formulations validées par l’autorité de santé ainsi que les efforts de logistique pour acheminer les doses en nombre suffisant, permettent à présent d’englober les plus jeunes dans la liste des bénéficiaires. Ainsi, il est possible de rétablir une forme d’égalité de traitement et c’est tant mieux. Mais pour vacciner il faut aussi des bras et beaucoup de petites mains. Des médecins, des infirmières, mais aussi tous ces bénévoles qui font l’accueil, qui remplissent les dossiers de suivi, qui sont simplement là pour rassurer et accompagner. Je crains qu’une fois la crise passée, ils seront vite oubliés : pas de médaille, pas de gloire. Alors je veux leur dire merci. Merci pour ces heures offertes qui permettent à chacun d’entrevoir une vie normale et à la France de tenir debout. Merci tout simplement d’incarner ce troisième principe de notre devise nationale : la fraternité.

 

La loi de gestion de la crise sanitaire est adoptée par l'Assemblée nationale.
Examen du rapport  sur le lait de Montagne en Commission des Affaires Economiques. 

Cliquez sur l'image pour retrouver l'ensemble de mes travaux à l'Assemblée nationale: interventions en séance et
en commission, rapports, questions écrites, propositions de loi.
Le défilé du 14 juillet dans les rues de Sélestat. 
Didier Pettermann a passé le relais de la Présidence du CIVA à Serge Fleischer lors de la dernière Assemblée Générale.
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.