Infos & Débats  n°13 | 18 mai 2018
An der Spree
 
Ce jeudi, ce fut au tour de nos homologues allemands d’accueillir la délégation de l’Assemblée nationale pour prolonger nos travaux en vue du renforcement du partenariat franco-allemand dans le cadre d’un traité de l’Elysée rénové. Conclu en 1963 entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, ce traité d’amitié s’est révélé un moteur puissant de la construction européenne tout en permettant de tourner la page des affrontements sanglants entre nos deux pays. Après un demi-siècle d’une coopération plus ou moins fructueuse, il devient urgent de confronter cette expérience aux nouveaux défis du siècle. Alors que les chancelleries poursuivent leurs réflexions, les deux parlements se sont saisis du débat pour apporter leur contribution dans l’amélioration de nos relations. Cette voix inédite des parlements, comme nous l’a rappelé Wolfgang Schaüble, doit aussi permettre de prendre en compte les préoccupations concrètes de nos concitoyens et de mettre l’accent sur la coopération transfrontalière.
 
Donner corps au « paquet régions frontalières »
 
Alors que l’Union européenne réfléchit à un régime d’exception pour les zones frontalières, en particulier sous la forme d’assouplissements de la réglementation, l’initiative franco-allemande pourrait en constituer un laboratoire expérimental. Aussi le groupe de travail a adopté un document rassemblant les diverses orientations qu’il convient d’encourager. Dans un deuxième papier, elle a souhaité lister tous les projets qui sont actuellement en incubation et qui permettraient d’apporter une réponse concrète aux populations de ces secteurs frontaliers. Elles concernent la formation professionnelle transfrontalière, les échanges universitaires, l’idée d’un service de l’emploi transfrontalier, le développement des infrastructures de transport, les réseaux d’énergie, internet,  la protection et la valorisation du patrimoine naturel particulièrement riche dans la vallée du Rhin et, dans la perspective de fermeture de la centrale nucléaire, la réutilisation du site de Fessenheim.
 
Avancer sur les sujets de fond qui demanderont un rapprochement de nos législations
 
Cette deuxième session en commun a également été l’occasion de faire un travail de prospective sur des sujets de fond. En effet, il ne peut y avoir de politique commune s’il n’y a pas une vision partagée des enjeux de demain et de la manière d’y répondre. Des experts de haut niveau de France et d’Allemagne se sont relayés pour nous apporter leur éclairage sur les thèmes qui étaient à l’ordre du jour. Successivement ont été abordés les questions de « défense et migration », « jeunesse et formation », « économie et innovation », « Energie et climat ». Sur chacun de ces dossiers, les deux pays ont des positionnements politiques forts et prennent des initiatives remarquées. Mais l’absence de concertation et le manque de synergie font qu’elles pèsent de moins en moins dans un monde où les Etats-Unis, par des choix politiques hasardeux,  bousculent l’ordre planétaire autant que la Chine par ses choix économiques. Il n’y a qu’une initiative franco-allemande qui permettra redonner un élan à l’Europe et par la même de lui garantir une influence au niveau mondial. Il en va de la survie de notre modèle culturel.

Le Groupe d''Etude Brassicole reçoit le Syndicat des Brasseurs Indépendants crée en 2016: 350 adhérents, 3.500 emplois directs.
 
Une partie du programme était consacrée à l'audition de groupements d'intérêts sur divers sujets: politique extérieure et de défense, migrations, jeunesse, formation...
Remise au Ministre de l'Agriculture, par le GE Viticulture, d'un courrier le rendant attentif à la réapprobation au niveau européen de l'usage du cuivre en viticulture 
Le Parlement des Enfants

C'est avec plaisir que j'ai répondu à l'invitation d'Isabelle Bauerlé, enseignante de la classe de CM1/CM2 de l'école de Kertzfeld, classe sélectionnée pour participer à la XXIIe édition du Parlement des Enfants. Cette initiative conjointe de l'Assemblée nationale et du Ministère de l'Education nationale a pour but de donner une leçon d'éducation civique 'grandeur nature' permettant aux élèves de découvrir le fonctionnement du parlement par l'élaboration d'une proposition de loi ensuite débattue et amendée.

A chaque édition, c'est une thématique précise qui est à l'honneur: en 2018, la protection de la biodiversité.  La classe de Kertzfeld proposait ainsi, notamment, la mise en place d'éclairage public visant à protéger les insectes. Parmi les 577 propositions de loi, 4 sont retenues par un jury et débattues dans les classes participantes. La classe auteure de la proposition lauréate est ensuite reçue à l'Assemblée nationale. Certaines des propositions de loi retenues lors de précédentes éditions ont par la suite été adoptées par le Parlement et inscrites dans la loi.

Mais la visite du député dans la classe de sa circonscription donne surtout lieu à un échange lors duquel les élèves peuvent poser des questions à celle ou celui qui les représente à l'Assemblée nationale. Pendant plus d'une heure, les écoliers de Kertzfeld m'ont ainsi posé toutes les questions qui leur étaient venues à l'esprit. Certaines questions, sur l'organisation et le rôle du Parlement, étaient un peu techniques et les réponses encore plus. Ils m'ont également interrogés sur mon parcours, ma profession et les moments forts de mes mandats. Nombreuses étaient les questions qui portent sur le quotidien et l'organisation pratique du travail d'un député: emploi du temps d'une semaine-type, déplacements, horaires de travail et lieu de séjour. Savoir que le député dort dans son bureau ne manque jamais d'amuser les écoliers et... les enseignants. D'autres ont permis d'aborder les facettes multiples du travail d'un parlementaire qui, en dehors de son travail législatif, passe beaucoup de temps au contact des habitants de la circonscription que ce soit dans son bureau à l'occasion des permanences parlementaires, lors de visites d'entreprises ou à l'occasion de moments plus conviviaux organisés par des associations ou des communes. C'est ainsi qu'il peut jouer pleinement son rôle de relais entre les personnes  qu'il représente et le gouvernement.

 
A Kertzfeld, j'ai en outre eu le plaisir d'être accueilli par le Maire Claude Schoettel qui a ensuite assisté à toute la séance de questions-réponses.


Le chiffre:

150

nouveaux mots

 
Chaque année, la publication de la nouvelle édition des dictionnaires consacre l'entrée dans la langue française de mots nouveaux qui résultent souvent de l'actualité de l'année précédente ou d'évolutions de société. Et parmi tous ces nouveaux mots, l'un qui nous est cher ici en Alsace: le bredele figure sur la liste des nouveaux mots du Petit Larousse témoignant ainsi de la notoriété croissante de l'Alsace en tant que destination touristique et de ses traditions, entre autres, gastronomiques.
En images
Passation de commandement au sein du corps des sapeurs-pompiers le 8 mai à Artolsheim
La traditionnelle Fête de la Saint-Urbain à Kintzheim
Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.